Gérer la remise au travail

En ces temps de déconfinement suite à souvent jusqu’à 2 mois d’arrêt, comment gérer la reprise est une question qu’il est légitime de se poser. Donc qu’il s’agisse de ces temps particuliers, ou de sortie d’un mois de vacances annuel ou encore d’une sortie de blessure voici comment articuler le retour progressif à une intensité normale de travail.

👆La balance intensité / fréquence👆
Selon l’activité effective de votre cheval jusque là, vous pouvez reprendre plus ou moins intensément. De sorte de pas le saturer et qu’il puisse récupérer, je préconiserais 3 séances d’activité relativement physique par semaine, 4 séances maximum en comptant le travail au sol à partir de la 2e semaine de reprise. En termes d’intensité, rappelez-vous que si sa masse musculaire profonde n’a peut-être pas eu le temps de s’inverser pour si peu, elle peut manquer d’endurance, et votre cheval de cardio. Des séances de longe entre 15 et 20 minutes, et des séances montés n’excédant pas 35 minutes les premières semaines (échauffement au pas compris).

👆Refaire le point éducatif au sol👆
Premier point à remettre à plat, refaites le point de votre travail éducatif au sol et profitez-en pour prendre la température sur l’état d’esprit et émotionnel de votre cheval. Mobilisez-le gentiment dans tous les sens, et mettez-vous de nouveau sur une communication claire et saine avec votre cheval. Les démarrages en trombe une fois en selle et les sauts de mouton mortels sont tout à fait évitables avec une préparation calme et méthodique pour remettre votre cheval dans un cadre de travail en amont.

👆Travail en longe👆
La longe est un bon outil de remise en route rapide couplé à la reprise du travail monté. En effet, soulagé de votre poids, et selon votre programme de reprise parfois tête libre parfois enrêné, vous allez pouvoir lui permettre de retrouver ses repères sereinement avec une réactivation physique, sans vos éventuels déséquilibres ou fautes de main. Musculairement parlant, votre plus grand atout est à tirer de toutes les transitions dans l’allure et entre les allures pour une optimisation dans le temps. Enrêner, si vous le faites, doit permettre de remettre en fonctionnement progressivement les chaînes musculaires et fascias utiles pour le port du cavalier. Aérez des jours ou des temps plus calmes sans l’inviter sans cesse à plus d’énergie, il va vous falloir trouver un juste milieu entre rendre votre cheval sensible et actif et le garder à votre écoute. S’il commet des erreurs, pas de panique, restez calme et créez de nouveaux enchaînements qui ne le chaufferont plus pour une ou deux séances, et s’il se rendort… Rendez-le plus actif avec d’autres !
⛔️ Attention : réveiller un cheval ne peut pas consister à lui faire peur : vous êtes en situation de communication et de travail avec lui, ne brisez pas sa confiance pour un résultat à moyen-terme quasi nul en l’effrayant. Des transitions dans les allures hautes font bien le job, et ne lui apprennent pas que vous agissez de façon sauvage (vous ne voudriez certainement pas que le nombre de ses « coups de pression » monté augmentent avec le temps).

👆Terrain varié👆
Lorsque cela est/sera possible, les séances de terrain varié sont plutôt éprouvantes pour un cheval (attention : s’il n’est pas prêt à l’effort et va à la contracture, vous détruisez plus que vous ne bâtissez, des sorties courtes seulement sont envisageables et gardez à l’esprit que ce sont les plus physiques de sa semaine) mais peuvent lui bénéficier : en effet, en partant sur moins de distance/moins longtemps, pour le même nombre de foulées (et donc de traumatismes articulaires potentiels), l’effort musculaire et le travail d’endurance sera bien supérieur. Ne soyez pas trop gourmand si votre cheval n’allait qu’au paddock : si les muscles s’asphyxient votre cheval risque la blessure voire la blessure grave. Des sorties de 45 minutes (lorsqu’elles seront sages) sont suffisantes. L’usage du terrain varié et de pentes variées permet au cheval de retrouver sa proprioception et de développer son engagement des postérieurs pour s’équilibrer de lui-même. Une sortie au pas peut se rendre très physique selon le terrain que vous avez à disposition.

👆Reprise optimisée dans le bac à sable👆
Pas de secret : pour reprendre gentiment, reprenez les bases de l’échelle de progression dans une gymnastique dans de courtes séances n’excédant pas 40 minutes les premières semaines, aidez le cheval à retrouver son rythme et sa souplesse jusqu’à retrouver un contact franchi et égal avant de passer progressivement aux étapes supérieures. Profitez de ce temps pour multiplier les transitions à l’infini plutôt que de faire des tours de carrière sans but, remettez-vous à des exercices basiques utilisant l’incurvation pour le rendre plus perméable à vos aides. Quand votre cheval aura repris de la condition, recommencez aussi à varier son attitude, mais jusque là permettez-lui de rester dans une attitude décontractée mais franchie. Si vous rentrez sans vous en apercevoir dans un rapport de force, demandez-vous si votre cheval est prêt à accomplir ce que vous demandez (et de la façon dont c’est abordé, parfois ça change tout !). Ne négligez pas le pas : l’allure qui a le potentiel de muscler le plus…Et de fatiguer votre cheval le plus si bien utilisée.

Bonne reprise à vous tous,
Mettez-vous en sécurité et faites-vous aider si vous avez des doutes,
Respectez les règles d’hygiène et de distanciation sociale pour protéger vos proches.

Emeline.
www.integre-training.com